Militaria, un résumé

[Post complété le 16 février]

Dans mes recherches sur le Vintage, il est un domaine où je n’avais pas trop enquêté jusqu’à ce jour : les militaria. Pourtant, parmi les amateurs de vintage, il se compte quelques afficionados de la reconstitution des conflits mondiaux, qui se retrouvent en particulier lors des grandes dates anniversaire des batailles (la Marne, le débarquement…) pour des parades en uniforme et véhicule d’époque.

Les Militaria désignent tout artefact qui témoigne de l’activité militaire de l’homme : les insignes, les uniformes, les coiffures, les armes (désactivées) , mais aussi les photos, les cartes, les correspondances. Les deux périodes les plus appréciées en sont 1914/18 et 1939/45.

Evidemment, cela implique tous les belligérants. Dans le cas de la Seconde Guerre mondiale, on trouve ainsi un immense marché de souvenirs du IIIe Reich, qui sont parmi les plus côtés du genre. Apparemment, ce marché est légal, car dans des petites annonces françaises on trouve des accessoires des Waffen SS. Aux Etats-Unis où le marché est sans limité, malheureusement, même les tenues de déportés se monnayent, et très cher.

Le domaine des militaria, donc, est un domaine sensible et me met dans l’embarras. Ce n’est pas le travail de Paris Vintage de juger, mais je n’ai pas non plus le souhait de promouvoir des sites faisant l’article d’accessoires de régimes ayant commis des crimes contre l’humanité.

Je préfère donc ne mettre de lien vers aucun site marchand de militaria, vous laissant chercher les mots-clefs sous Google pour vous faire un jugement.

J’ai néanmoins trouvé le site très intéressant Blitzkrieg Baby, qui répertorie les uniformes féminins des Alliés de la Seconde Guerre mondiale : Women’s Army Corps, American Red Cross, Army Nurses Corps, Women Airforce Service Pilots, etc., et donne des conseils pour se lancer dans des reconstitutions (et même un guide pour masquer les petits trous de mites d’un uniforme !)

Ce site, avec d’autres, participe à l’initiative dite WWII Living History Agreement, par une Déclaration de dissociation vis-à-vis des représentations de symboles nazis et associations pro-nazies. Les participants s’engagent en particulier à organiser des reconstitutions sans utilisation de la Croix Gammée et des emblèmes des différentes entités du NSDAP, pour éviter toute confusion et banalisation. La bannière vous emmènera vers la liste des participants et le texte complet.

Enfin, je tiens à signaler les deux boutiques sérieuses qui se trouvent sur Paris :

Doursoux, très connu, est 3 passage Alexandre, 75 015 (01 43 27 00 97). M° Pasteur ou Montparnasse. Pour de bonnes reproductions d’artefacts de la Seconde Guerre mondiale, principalement américains et français.

Pour des pièces de collection, il y a Le Poilu : 18, rue Emile Duclaux, 75 015 (01 43 06 77 32). M° Pasteur.

Note du 15 février : je me suis déplacée ce matin auprès des deux boutiques. Voir post suivant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :